Irakly TSERETELI

 (1881-1959)

Membre du parti social-démocrate. Après le Congrès de Londres en 1903, il soutient les thèses de Julius Martov contre les thèses de Lénine. Elu à la seconde Douma d’empire, il se révéla un grand orateur et devint chef de l’opposition et représentant des députés du POSDR. . Exilé en Sibérie, après la dissolution de la Douma, il retourne après la Révolution de février à Petrograd et succède à N. Tchéidzé à la tête du Soviet de Petrograd. Ministre des Postes et Télégraphes et bras droit de Kerenski au sein du Gouvernement Provisoire de Russie. Après la Révolutiond’octobre, il repart en Géorgie et sera élu député au Parlement de la 1ère République de Géorgie. Il fait partie de la délégation géorgienne dirigée par Carlo Tchéidzé àla Conférence de Versailles( mars 1919). Pendant l’indépendance de la Géorgie, il sera représentant plénipotentiaire du gouvernement en Europe. Après l’occupation dela Géorgie par l’Armée rouge, il accompagne le gouvernement en exil en France. Représentant éminent du Parti social-démocrate géorgien, il sera membre de l’exécutif de la Seconde Internationale.Il meurt aux Etats-Unis.


Nicolas (Carlo) TCHEIDZE


 (1864-1926)

Cofondateur du premier groupe social-démocrate de Géorgie (« Méssamé Dasi ») en 1890, il devint l’un des dirigeants du parti social-démocrate en Géorgie. Elu député à la 3ème et 4ème Douma d’empire, il est le porte-parole de la fraction social-démocrate, puis est déporté en Sibérie. En 1917, il préside le Soviet de Petrograd (février 1917). Après le coup d’état bolchevique, il quitte la Russie et rentre en Géorgie où il devint Président du Parlement géorgien (1918). Il dirige la délégation géorgienne àla Conférence de Versailles (mars 1919). En 1921, après l’invasion de la Géorgie par la Russie soviétique, il accompagne le gouvernement en exil en France. Il se suicidera au domaine de Leuville s/Orge où il résidait.


Bénia TCHKHIKVICHVILI

 ( ?-1924)

Militant du parti social-démocrate. En 1905, quand une « République de Gourie » fut instaurée en Géorgie, elle fut dirigée par un pouvoir révolutionnaire républicain qu’il présida pendant les six mois d’existence de cette République qui sera lourdement matée par le pouvoir impérial russe. Condamné au bagne et au bannissement à perpétuité  en Sibérie, la révolution de 1917 le ramène en Géorgie. Il reprend sa place de militant dans le parti. Pendant la 1ère République de Géorgie, il devint maire de la capitale. Il accompagne le gouvernement en exil en France et devient (1922-1924) l’un des premiers propriétaires du domaine de Leuville sur Orge, lieu qui abrita la plupart des membres du gouvernement. Il rejoint clandestinement la Géorgie pour organiser l’insurrection de 1924 contre l’occupation russe. Il sera arrêté en juillet 1924 et fusillé fin août 1924, au début de l’insurrection.


Akaki TCHENKELI


Social-démocrate. Ministre des Affaires Etrangères du Commissariat de Transcaucasie (1917), Ministre des Affaires Etrangères de Géorgie (1918), Représentant plénipotentiaire du Gouvernement social-démocrate géorgien en Europe (février 1919). Ministre plénipotentiaire de la Géorgie en France (1921-1934)


Grigol (Gricha) OURATADZE


1880-1959

Il s’engage dans le mouvement social-démocrate géorgien et milite pour les thèses mencheviques en opposition aux thèses bolcheviques de Lénine. Député à l’Assemblée Constituante. En Avril 1920, il est choisi par Noé Jordania, chef du gouvernement géorgien, comme émissaire secret (pour éviter les manœuvres hostiles, notamment des bolcheviks géorgiens) pour aller en Russie négocier un traité d’amitié. Il réussit cette mission (traité du 7 mai 1920). Quand, en violation du traité, l’Armée rouge envahit la Géorgieet l’occupe, Grigol Ouratadzé suivra le gouvernement en exil.


Vlassa MGUELADZE


 (?-1943) – Social-démocrate géorgien, originaire de Gourie. Ouvrier typographe, poète, remarquable orateur. En 1908, il part en Europe (Genève, Zurich). Il fait la connaissance de Lénine en 1910 et rencontre aussi Plekhanov. En 1912, il est déporté en Sibérie. Doté d’une force herculéenne, il s’y fait une réputation de protecteur des faibles. Il s’évade et se réfugie en Allemagne où il rencontre Kautski et Liebknecht. L’une des figures du parti social-démocrate. Après l’occupation de la Géorgie en 1921, il reste au pays où il sera emprisonné un temps. Faisant la liaison clandestine avec le Gouvernement national en exil à Paris, il ne le rejoindra qu’après l’échec de l’insurrection nationale de 1924. Il mourra à Paris en 1943.


Guiorgui LASKHICHVILI


L’un des fondateurs du parti social-fédéraliste. Il fut Ministre de l’Education Nationale du gouvernement de coalition présidé par Noé Ramichvili puis l’un des cinq conseillers personnels de Noé Jordania lors de la formation du gouvernement homogène social-démocrate de 1919.