1885 – 1896

Le mouvement politique amorce un tournant : les revendications débordent de la demande de reconnaissance culturelle.

1885. Formation des premiers groupes marxistes en Géorgie avec, à leur tête, Noé JORDANIA, Sylvestre DJIBLADZE, Egnaté NINOCHVILI et Nicolas (Carlo) TCHEÏDZE.

Traduction en géorgien du « Manifeste communiste » de Karl Marx.

1886 : première grève importante, celle du dépôt de chemin de fer de Tiflis. Cet événement marque le début de la jonction entre les cercles marxistes et les travailleurs.

1891. Noé JORDANIA, qui a terminé le séminaire en 1890, part à Varsovie poursuivre ses études. Il y découvre le socialisme européen, notamment à travers les livres de K. Kautsky développant la théorie du matérialisme historique. Il y découvre aussi, l’ampleur du sentiment national polonais. Il entreprend une correspondance assidue avec ses camarades géorgiens et leur envoie les éditions russes interdites.

1892 : Au retour en Géorgie de Noé JORDANIA se tient, en décembre à Kvirila (Imereti), la première conférence des socialistes géorgiens où les idées populistes l’emportent. En désaccord, Sylvestre DJIBLADZE, Egnaté NINOCHVILI et Noé JORDANIA décident d’organiser une seconde conférence  et d’y présenter leur programme de revendications.

1893 : Ce programme est adopté le 7 février, lors de la conférence de Tiflis, considérée comme le Congrès fondateur du Parti social-démocrate de Géorgie. Cette date marque l’irruption du socialisme marxiste traditionnel en Géorgie. Le parti proclame

– le droit à l’indépendance pour toutes les nations, d’où découle le droit à l’indépendance de la Géorgie

– la  démocratie

– le socialisme (un programme minimum et maximum, c’est-à-dire le passage de l’étape démocratique à l’étape socialiste),  est adopté.

Suite à l’arrestation à Varsovie de leurs camarades géorgiens, le parti organise le départ de Noé JORDANIA pour l’Europe (l’ordre de son arrestation ne parviendra en Géorgie que deux mois après). Il y passera quatre ans et demi, consacrés à l’étude, à l’approfondissement de la culture, des idées nouvelles. Il fait la connaissance des socialistes européens. Impressionné par ses découvertes, il décide de faire connaître la culture européenne à ses compatriotes. « Comme pendant mon séjour il n’y avait aucun autre Géorgien  susceptible de décrire et de faire connaître l’Europe àla Géorgie, je me suis attaché à remplir ce devoir. Je l’ai servi avec zèle à travers les articles que j’ai envoyés en Géorgie de 1893 à 1897 ».

1893. Fondation d’une Ligue pour la libération de la Géorgie. Installation du téléphone à Tiflis.

1894. NICOLAS II succède à ALEXANDRE III sur le trône de Russie.

Le Mésame Dasi (Troisième groupe), première organisation marxiste géorgienne, est créé. Elle est dirigée par Sylvestre DJIBLADZE et Noé JORDANIA.

1896. Le Prince G. GOLITSYNE est nommé Gouverneur-général du Caucase. Rupture du modus vivendi établi par ses prédécesseurs et brutale politique de russification.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s