1918 (janvier – mai)

Note 1 : à partir de janvier 1918, la nouvelle Russie soviétique adopte le calendrier grégorien  (dit calendrier nouveau style) et abandonne le calendrier julien de la tradition orthodoxe.

Le 1er mai 1918 (18 avril selon le calendrier Julien), le calendrier grégorien est introduit en Transcaucasie.

Note 2 : En 1918, Tiflis, nom persan utilisé par la Russie tsariste, devient Tbilissi (« eaux chaudes » en géorgien), dénomination utilisée jusque là  que par les Géorgiens.

 Janvier. Le 5, réunion et dissolution immédiate de l’Assemblée constituante de Russie, élue deux mois plus tôt.

Suite à cette dissolution par les bolcheviks, les députés Géorgiens, Arméniens, Azerbaïdjanais de cette Assemblée décident de constituer une Assemblée dotée de fonctions législatives : la Diète de Transcaucasie, présidée par Nicolas TCHEIDZE.

Fondation de l’université de Tbilissi. La révolution de février avait permis aux savants géorgiens, dispersés sur le territoire russe ou exilés à l’étranger, de regagner la Géorgie. Grâce à leur initiative et à celle du professeur DJAVAKHICHVILI, naquit en janvier à Tbilissi la première université géorgienne, avec cinq facultés et 3.000 étudiants dès son inauguration.

Négociations de Brest-Litovsk. La Transcaucasie déclina l’offre de participer à ces négociations.

Les troupes russes abandonnant le front turc refluent sur la Géorgie pour rentrer en Russie. Pour prévenir le risque de pillages et d’exactions, la Garde Populaire, dirigée par le Parti Social-démocrate de Géorgie, assure l’ordre et le retour dans leur pays des 500 000 soldats. Ce qui évite au Caucase de tomber dans l’anarchie.

10 février, mise hors la loi des organisations bolcheviques après plusieurs tentatives de prise de pouvoir par la force.

Mars. Le 3  la Russie soviétique signe le traité de Brest-Litovsk, paix séparée avec l’Allemagne et ses alliés. Par ce traité léonin, elle perd la Pologne, la Finlande, l’Ukraine, les pays baltes, et céde Kars, Ardahan et Batoumi à l’Empire ottoman. Protestation de la Transcaucasie.

Le 12, la première conférence de paix entre la Transcaucasie et la Turquie est inaugurée à Trébizonde. La délégation turque est conduite par le ministre de la marine, REUF-BEY, la délégation transcaucasienne par le ministre des affaires étrangères, A. TCHENKELI.

Au cours de ces pourparlers, le Commissariat soviétique de Bakou, dirigé par CHAOUMIAN, proclame son allégeance à Moscou. En outre, malgré les travaux de la conférence, les Turcs continuent leur offensive militaire pour concrétiser leurs droits acquis à Brest-Litovsk. Ils occupent Ardahan et se retrouvent aux portes de Batoum et de Kars.

Avril. Dans la nuit du 13 au 14, la Diète de Transcaucasie décide de rappeler sa délégation et proclame l’état de siège. Les jeunes troupes du Caucase, constituées à la hâte et aux forces insuffisantes, s’avèrent trop faibles pour résister aux envahisseurs. Menacés à l’est par les armées bolchevistes, ils ne peuvent résister à l’armée turque au sud qui s’empare de la forteresse de Batoumi. La Turquie exige de négocier avec un  état.

Le 22, la République Démocratique Fédérative de Transcaucasie est proclamée. Le nouveau gouvernement présidé par Akaki TCHENKELI est reconnu par la Turquie.

Reprise des pourparlers avec la Turquie. En revanche, cette séparation formelle de la Transcaucasie (déjà indépendante du pouvoir central bolcheviste elle ne constituait pour autant pas un Etat) suscite – en Russie, la réaction hostile des KD, des réactionnaires, des bolcheviks et – en Transcaucasie, la réaction hostile du corps des fonctionnaires et officiers « russifiés ».

Mai. Ouverture de la 2ème conférence de paix à Batoumi (le 11), cette fois en présence de la délégation de l’Allemagne en qualité d’observatrice. Dès la première séance, les Turcs posent des conditions très dures. Elles dépassent de beaucoup les concessions territoriales accordées par le traité de Brest-Litovsk et remises en cause par la Transcaucasie. La Turquie réclame notamment la cession des provinces géorgiennes de Meskhétie et Djavakhétie, et le tiers du territoire arménien. La Transcaucasie doit aussi reconnaître sa dépendance à l’égard de la Turquie et accepter le contrôle ottoman dans les décisions relevant de sa politique intérieure.

Le 12, l’armée ottomane s’empare du chemin de fer d’Alexandropol à Djoulfa, et adresse un ultimatum réclamant la reddition d’Alexandropol (15). Des divergences sérieuses apparaissent entre les Turcs et leurs alliés Allemands qui estiment exagérées leurs revendications.

Le 19, le général VON LOSSOV propose à la délégation transcaucasienne « ses bons offices d’intermédiaire pour faciliter l’entente entre la République transcaucasienne et la Turquie ». Proposition acceptée par la délégation et refusée par la Turquie. La République Fédérative de Transcaucasie se retrouve divisées devant ces évènements :

  •     les députés azerbaïdjanais, dont la capitale est occupée par la Russie soviétique, jouent la carte des Turcs
  •     les députés arméniens, dont le pays est en grande partie sous domination turque, se refusent à lutter contre les bolcheviks.

Le 26 mai, KHALIL-BEY, président de la délégation ottomane, remet un ultimatum à la délégation transcaucasienne. Le même jour, la Diète – à l’unanimité moins deux voix – « constate l’effondrement de la Transcaucasie  et se démet de ses fonctions ».

Immédiatement, le Conseil National de Géorgie se réunit dans la salle des séances de la Diète. L’Acte d’Indépendance de la Géorgie présenté par le président du Conseil National, Noé JORDANIA, est adopté à l’unanimité. Deux jours plus tard, l’Arménie et l’Azerbaïdjan feront de même.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s